Discuter des croyances concernant la diversité

Au début du module, nous avons examiné différentes perspectives de diversité fondées sur des opinions et des croyances, lesquelles dictent ce qui est « normal » – et positif – et ce qui ne l’est pas. Comme nous l’avons mentionné, cette approche à la diversité peut engendrer des effets dévastateurs chez les populations du monde entier. Par exemple, les explorateurs et les colons européens ont conclu que les peuples autochtones étaient des « sauvages » parce qu’ils avaient des traits physiques, des habitudes alimentaires, des vêtements et des modes de vie différents de ceux des Européens. Le fait qu’ils n’étaient pas chrétiens comptait aussi grandement. Cette interprétation des différences est devenue une excuse ou un argument justificateur qui a cautionné l’extermination des peuples autochtones et leur asservissement par les colonisateurs européens.

Chaque société possède ses propres croyances en ce qui a trait à la « normalité » et celles-ci constituent les fondements d’une culture. Le mot « culture », comme le mot « diversité », est souvent associé aux différences ethniques entre personnes. Toutefois, une culture peut naître au sein de tout groupe de personnes qui partagent « des connaissances, des valeurs, des coutumes, des attitudes, des stratégies et une langue qui permettent aux individus et aux groupes de s’adapter et de survivre dans leur environnement ». [1]

Par exemple, certains chercheurs étudient la culture du milieu médical et des institutions d’enseignement médical. Dans cette culture, la formation que reçoivent les médecins amène les personnes de ce milieu à apprécier et à acquérir certains types de connaissances, à utiliser un langage médical et à se comporter de façons considérées comme professionnellement nécessaires. Elles apprennent par exemple à maintenir une certaine distance émotionnelle dans leurs relations avec les patients. Dans un même ordre d’esprit, le mouvement féministe, bien que diversifié, possède des fondements qui sont nourris par des expériences, des connaissances, des valeurs et un langage communs.

Pour comprendre et répondre à la diversité, nous devons relever le défi suivant : cerner nos propres postulats culturels et aussi ceux des autres. Puis, nous devons apprendre à interagir de façon respectueuse lorsque les valeurs, les attitudes et les pratiques des gens sont en opposition aux nôtres. Dans les sociétés multiculturelles et dans le cadre économique mondial, ces démarches représentent des défis de taille.

Source: [1] Egbo, B. (2009). Teaching for diversity in Canadian schools. Toronto: Pearson Education Canada. p. 3 (Livre en anglais)

Comments are closed.








centre-logos ACEWH PWHCE BCCEWH

Sauf mention contraire, le contenu original de ce site est distribué sous licence Creative Commons Attribution-NoDerivs 2.5 Canada License.