Les implications

Peu importe l’étape à laquelle nous amorçons le processus d’AIGS, nous devons éventuellement tenter d’interpréter l’information que nous avons recueillie sur les problématiques, les populations, les données probantes et/ou les recommandations, recensée par la voie de lectures, de consultations et d’une analyse, afin de  rendre le tout intelligible. Cette étape du processus peut être comparée à l’assemblage d’un casse-tête. Nous devons en rassembler les pièces et déterminer la façon dont elles s’agencent pour dresser un portrait des faits, des personnes touchées et des mesures à prendre.

Idéalement, l’analyse des implications d’une politique, d’un programme ou d’un projet de recherche devrait être réalisée à l’étape de la conception, avant même la mise en œuvre. Par ailleurs, il se peut que nul ne nous demande de mener une AIGS ou que nous n’ayons l’occasion de faire une telle démarche que pendant ou après la mise en œuvre. Nous pouvons heureusement procéder à une AIGS à toute étape de la planification ou de l’élaboration – de la conception à l’évaluation. La réalisation d’une AIGS peut s’avérer aussi utile lorsque le projet ou le programme est terminé, puisqu’elle nous permet de relever les points forts et les limites et de planifier les futures initiatives de façon à intégrer les concepts de base – le sexe, le genre, la diversité et l’équité.

Peu importe l’étape à laquelle nous intervenons dans le processus, l’AIGS contribue à améliorer les politiques, les pratiques et la démarche scientifique puisque toute analyse qui ne comporte pas ces concepts de base risque de mener à une fausse interprétation des idées et des données probantes et de rendre invisibles les populations et sous-populations à risque ou dans le besoin.

À la fin du module, vous serez en mesure de :

Comments are closed.








centre-logos ACEWH PWHCE BCCEWH

Sauf mention contraire, le contenu original de ce site est distribué sous licence Creative Commons Attribution-NoDerivs 2.5 Canada License.