Analyser des recommandations en vous appuyant sur les concepts centraux du sexe, du genre, de la diversité et de l’équité

Pour mettre au point des recommandations et les évaluer, il faut d’abord déterminer quelle est la meilleure stratégie à suivre pour traduire des connaissances en action selon l’époque, le lieu, la population et la problématique en jeu. Les recommandations fondées sur les concepts centraux du sexe, du genre, la diversité et de l’équité sont plus susceptibles que les autres d’aboutir à des mesures adéquates et efficaces pour les groupes à risque ou dans le besoin.

Voici un exemple. L’interdiction de la publicité sur le tabac et l’étiquetage négatif ont permis de réduire le tabagisme, mais de nombreuses recherches indiquent qu’il faudrait préconiser des stratégies distinctes pour les hommes et les femmes en raison de rôles et de normes sexospécifiques. L’exposition à la fumée secondaire le démontre bien. De nombreux pays ont adopté des lois interdisant la cigarette en milieu de travail, ce qui a permis de réduire le tabagisme passif. Or pareille mesure risque de profiter davantage aux hommes qu’aux femmes, étant donné que dans la plupart des pays, ceux-ci forment une bonne partie de la main d’œuvre rémunérée. Par ailleurs, les femmes et les enfants sont particulièrement vulnérables à la fumée secondaire au sein du foyer, notamment dans les pays où le tabagisme est élevé chez les hommes. La législation ne s’applique pas à la sphère privée; de plus, il peut être difficile pour les femmes et les enfants de revendiquer un espace sans fumée à la maison ou dans la voiture.

L’équité devrait toujours être un objectif fondamental des politiques et des programmes, mais cela n’est possible que si les recommandations sont inclusives et exhaustives. Celles qui visent à réduire le tabagisme chez les femmes enceintes, par exemple, en reconnaissent les effets sur le développement de l’enfant. On sait que le fait de fumer pendant la grossesse accroît le risque de complications : faible poids à la naissance; mortinaissance; accouchement avant terme; problèmes de santé éventuels pour les individus de sexe féminin, dont l’infertilité, la ménopause précoce et les maladies respiratoires et cardiovasculaires. Malgré tout, une grande part des recherches sur le tabagisme et la grossesse porte sur la santé du bébé plutôt que sur la santé et le bien être de la mère pendant la grossesse et après. Puisque « la plupart des femmes ne sont pas enceintes une grande partie du temps » (Jacobsen, 1986, p. 125), notamment dans les pays développés, on peut conclure que les campagnes de lutte contre le tabagisme font abstraction des femmes la plupart du temps. Ainsi, les recommandations qui omettent de tenir compte de certains groupes ou de certains aspects de la vie des gens sont moins susceptibles de produire des résultats équitables.

Source : OMS (s.d.) Faits et chiffres. Les femmes et le tabac. http://www.who.int/features/factfiles/gender_tobacco/facts/fr/index2.html;
OMS (2007). Gender and Tobacco Control: A policy brief. http://www.who.int/gender/documents/tobacco/9789241595407.pdf;
B. Jacobsen (1986). Beating the Ladykillers: Women and smoking. London, Pluto Press

Comments are closed.








centre-logos ACEWH PWHCE BCCEWH

Sauf mention contraire, le contenu original de ce site est distribué sous licence Creative Commons Attribution-NoDerivs 2.5 Canada License.