Déceler les déformations

Pour élaborer les implications, il faut aussi examiner nos idées, les données probantes, les méthodes d’analyse et les conclusions, pour déceler les déformations. Il faut donc vérifier la présence d’a priori concernant les gens et les problématiques, qui peuvent être non fondés et faux ou qui peuvent mener à des erreurs d’interprétation. Dans le cas des soins à domicile par exemple, la croyance selon laquelle les femmes sont instinctivement portées à prendre soin des autres ne s’appuie sur aucun fondement probant. Mais cette croyance exerce d’énormes pressions sur les femmes et les cantonne dans un rôle de soignante. Elle a aussi généré de nombreuses politiques et de nombreux programmes qui, soit nuisent aux femmes, soit aggravent leur situation.

Les déformations peuvent se manifester de diverses manières et toucher la plupart d’entre nous, sous forme d’idées ou dans des expériences vécues. Le sexisme, le racisme, les préjugés à l’égard des personnes handicapées et des populations vivant en région, ainsi que l’homophobie sont des manifestations fréquentes de déformations, pour n’en nommer que quelques-unes. Le cadre de référence BIAS FREE, élaboré par Mary Anne Burke et Margit Eichler, est un bon outil qui peut nous aider à réfléchir sur la question des déformations découlant des préjugés [1]. Mmes Eichler et Burke ont conçu ce cadre en vue d’éliminer la présence de déformations dans les recherches portant sur la santé. Par ailleurs, cet outil peut être utilisé à l’étape de la planification, de l’élaboration de politiques et de la prestation de services.

Selon Mmes Burke et Eichler, les déformations se manifestent de trois façons : (1) le maintien d’une hiérarchie ou d’une structure de pouvoir existante; (2) le refus de reconnaître les différences parmi et entre les gens; et (3) le recours à deux poids, deux mesures. Explorons chacune de ces déformations, en lien avec la santé et les concepts de base que sont le sexe, le genre, la diversité et l’équité. Il importe d’apprendre à déceler la présence de déformations et de se pencher sur ces questions. L’absence d’une telle démarche peut faire en sorte que nous entérinons ces déformations et contribuons à les répandre. Nous risquons donc de participer involontairement à la perpétuation d’injustices sociales et économiques ainsi que d’iniquités en matière de santé.

Source: [1] Burke, M.A. et Eichler, M. (2006). Le cadre de référence BIAS FREE, a practical tool for identifying and eliminating social biases in health research. Genève, Suisse : Forum mondial pour la recherché en santé. Tiré le 22 mai 2010 du document http://www.biasfree.org/full_BF.pdf.

Comments are closed.








centre-logos ACEWH PWHCE BCCEWH

Sauf mention contraire, le contenu original de ce site est distribué sous licence Creative Commons Attribution-NoDerivs 2.5 Canada License.