Quelles sont les implications?

Nous avons synthétisé nos données probantes, pratiqué l’itération et décelé la présence de déformations. Nous sommes maintenant en position de déterminer les implications qui découlent de notre façon de réfléchir à certaines questions, en tant que collectivité, de les traiter et de soutenir les populations. Nous devrions être en mesure de cerner les personnes à risque ou dans le besoin et les raisons qui font qu’elles le sont, ainsi que de déterminer, par la voie de notre analyse, quelles sont les populations qui seront favorisées par certaines mesures – politiques et programmes – et les populations qui ne le seront pas. Revenons sur le sujet de l’attente dans le domaine des chirurgies de remplacement de la hanche et du genou (ATA), comme un exemple concret de ce que peuvent constituer des implications finales.

Les recherches en matière d’ATA suggèrent que les femmes sont moins nombreuses que les hommes à être inscrites sur les listes d’attente, pour les raisons suivantes : les médecins ne leur ont pas suggéré une chirurgie; elles n’ont pas été aiguillées vers un spécialiste; les radiographies n’indiquent pas, au-delà de tout doute, si la personne a besoin d’une chirurgie; les médecins peuvent penser que la douleur que les femmes éprouvent n’est pas aussi grande qu’elles ne le rapportent ou qu’elle compte moins. Dans de tels cas, les femmes ne sont pas en attente d’une chirurgie, elles «attendent d’être inscrites sur une liste d’attente».

Il semblerait par ailleurs que lorsque les femmes sont finalement inscrites sur une liste d’attente, elles sont plus nombreuses que les hommes à demander que leur nom soit retiré de la liste. Dans certains cas, les femmes ont moins tendance que les hommes à penser qu’elles peuvent gérer leurs propres soins elles-mêmes après une chirurgie et ne bénéficient pas autant d’aide de leur entourage à l’étape de la convalescence. Puisque les femmes vivent généralement plus longtemps que les hommes, il est moins probable qu’elles reçoivent de l’aide après une chirurgie. Par conséquent, elles demandent que leur nom soit retiré de la liste. Dans d’autres cas, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à prodiguer des soins sans rémunération et ne disposent peut-être pas des moyens financiers pour embaucher de l’aide ou trouver une personne ressource qui pourrait s’acquitter de ces tâches pendant qu’elles subissent la chirurgie et se rétablissent. Elles demandent donc que leur nom soit retiré de la liste. Tous ces facteurs créent un contexte dans lequel les femmes sont moins nombreuses que les hommes à bénéficier d’un remplacement de la hanche ou du genou.

Comments are closed.








centre-logos ACEWH PWHCE BCCEWH

Sauf mention contraire, le contenu original de ce site est distribué sous licence Creative Commons Attribution-NoDerivs 2.5 Canada License.