Vérifier si nous comprenons bien le problème

Avant de bien évaluer les mérites d’une solution ou d’une autre, nous devons nous demander si la question est vraiment un problème.

La criminalité juvénile croît-elle réellement au Canada? Selon le rapport de Statistique Canada, « Le taux de jeunes auteurs présumés d’homicide a décru de façon marquée pour une deuxième année consécutive en 2008 ».

GRAPHIQUE. Taux de jeunes auteurs présumés de crimes déclarés par la police, 1998 à 2008

Un autre rapport de Statistique Canada, publié seulement un an plus tard, offrait une autre interprétation quelque peu différente : « Les données du nouvel Indice de gravité des crimes chez les jeunes révèlent que la gravité de la criminalité chez cette population est généralement à la baisse depuis 2001. Un recul de 2 % a été notamment enregistré en 2009. Cependant, l’Indice de gravité des crimes violents chez les jeunes est demeuré stable par rapport à l’année précédente, mais il était 10 % plus élevé qu’il ne l’était 10 ans auparavant. »

GRAPHIQUE. Indices de gravité des crimes chez les jeunes déclarés par la police, Canada, 1999 à 2009

Le graphique A indique que les taux de criminalité juvénile diminuent ou demeurent stables. Le graphique B suggère une hausse des taux de crimes violents chez les jeunes. Les questions d’importance ne sont pas toujours clairement définies.

Source : graphique

Comments are closed.








centre-logos ACEWH PWHCE BCCEWH

Sauf mention contraire, le contenu original de ce site est distribué sous licence Creative Commons Attribution-NoDerivs 2.5 Canada License.